Comme son nom l’indique, notre AMAP est née au Moun, c’est-à-dire à Mont de Marsan.
Jusqu’en 2009, les AMAP n’existaient que dans le sud des Landes mais au printemps 2009, des circonstances favorables se sont croisées :

  • la volonté d’un groupe de consommateurs locaux, soucieux de leur environnement et de leur santé, voulant se procurer des produits de saison, de qualité, dans un circuit de vente directe producteur / consommateur, à des prix abordables,
  • la présence d’un maraîcher disponible,
  • l’intervention du CIVAM-BIO des Landes, organisme chargé d’aider les agriculteurs à faire leur conversion vers l’agriculture biologique.


C’est quoi, un CIVAM-BIO ?
Le CIVAM BIO des LANDES (Centre d’Initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural) est une association loi 1901 existant depuis 1988 et regroupant les exploitants landais engagés dans l’agriculture biologique. Il assure notamment l’accompagnement des agriculteurs par la formation aux techniques de production spécifiques à l’AB, le soutien administratif et technique pour les adhérents et pour tout agriculteur intéressé par la conversion à l’AB, la structuration de projets collectifs de commercialisation en circuit court, l’aide à la création des AMAP, la promotion de l’agriculture biologique auprès de tous publics.

Une réunion d’information à  Mont de Marsan en mars 2009 a lancé l’AMAP qui, deux mois plus tard –en juin 2009-, effectuait sa première livraison.

Avec 25 adhérents au départ, l’AMAP s’est agrandie progressivement en nombre d’adhérents comme en producteurs. De 25, nous sommes passés à 40, puis à 80, 120 et nous sommes actuellement près de 200 adhérents issus de toute l’agglomération du Marsan. Quant aux producteurs, se sont ajoutés progressivement un éleveur de poulets bio, un producteur de porc bio, un producteur de fromage de brebis bio, un pisciculteur, un producteur de pommes et jus, un producteur de kiwis bio, un producteur d’œufs bio. Plus tard un éleveur de bœufs et de veaux bio, une productrice de miel, une boulangère bio. Ce qui nous manquait vraiment c’était les fruits. Grâce à Mélanie, notre maraîchère, qui avait fait un stage chez elle et qui avait beaucoup apprécié la qualité de son travail et de ses produits, nous avons trouvé Ghislaine Dussac, ses fraises en avril/mai, ses paniers de fruits de saison de juin à aout et ses raisins en sept/oct. Il y a aussi aujourd’hui l’huile bio, les plantes aromatiques et plants de légumes bio. Bref aujourd’hui, nos amapiens peuvent faire l’essentiel de leur marché en confiance et en évitant les hyper et supermarchés.